français   •   english

Solennité de Notre Seigneur Jésus Christ Roi de l’Univers

Homélie du Nonce Apostolique, Mgr. Luigi Bonazzi

Québec, 22 novembre 2015

 

Aujourd’hui, avec toute l’Église, nous proclamons que le Christ est le Roi de l’Univers. Avec les mots du Concile Vatican II, nous affirmons que : « Le Seigneur Jésus Christ est le terme de l’histoire humaine, le point vers lequel convergent les désirs de l’histoire et de la civilisation, le centre du genre humain, la joie de tous les cœurs et la plénitude de leurs aspirations. C’est lui que le Père a ressuscité d’entre les morts, a exalté et a fait siéger à sa droite, le constituant juge des vivants et des morts » (GS 45).

Mais à quel titre Jésus est « le centre du genre humain » ? Quelle est la nature de sa royauté ? Pourquoi et comment Jésus mérite d’être mon roi ? La Parole de Dieu que nous avons entendue nous aide à comprendre cette vérité surprenante et réconfortante.

Selon l’auteur du livre de l’Apocalypse, Jésus est Roi et mérite de recevoir « la gloire et la souveraineté pour les siècles des siècles » parce qu’il « nous aime et nous a lavés de nos péchés par son sang » (Apo 1,5-6).

« Par son sang » : cette indication est importante. Jésus est notre Sauveur parce qu’il nous a libérés par son sang, c’est-à-dire en mourant sur la croix et en donnant sa vie pour nous. Le Fils de Dieu pour nous sauver aurait pu choisir la vie dans l’Omnipotence, et mettre au zéro le mal, moral et physique, avec un simple ordre souverain, mais en demeurant ainsi « en dehors » de notre histoire humaine. Au contraire, il a choisi la vie de la participation : il s’est fait « l’un des nôtres », il est entré dans notre histoire et l’a partagée jusqu’au bout, dans l’aspect positif comme dans l’effrayante charge négative qu’il entraîne avec lui. Par cette solidarité qu’il a eue avec nous, il est devenu « l’homme de douleur, familier de la souffrance » (Is 53, 3). Jésus, donc, a fait « siennes » chaque douleur humaine, personnelle ou collective, petite ou grande, connue ou cachée. À tel point que personne ne peut plus dire « cette douleur est seulement la mienne » parce que cette douleur – qu’on le veuille ou non – a déjà été crucifiée avec le Christ : Il l’a connue entièrement et lui appartient.

Désormais la douleur a changé de nature : grâce à la “Croix” toute souffrance – je voudrais même dire surtout la souffrance ! – est devenue un lieu de rencontre avec Dieu. Nous découvrons alors – et c’est la grâce spéciale qu’aujourd’hui, nous pouvons demander – que la puissance de Dieu en notre faveur ne se manifeste pas dans le fait qu’il nous épargne ou qu’il nous enlève la douleur, mais dans le fait que, dans le Christ, il nous offre la possibilité de la transformer en amour, donc en occasion de résurrection. C’est la raison pour laquelle le Pape François nous dit sans cesse : « Ceux qui se laissent sauver par lui sont libérés du péché, de la tristesse, du vide intérieur, de l’isolement. Avec Jésus Christ la joie naît et renaît toujours » (EG, 1). Oui : avec Jésus crucifié et ressuscité, je peux être toujours heureux : non seulement « en dépit » de la douleur, mais « grâce » à la douleur, si je la rends amour. Je vous avoue que cette découverte a déclenchée en moi une lumière qui ne s’est jamais éteinte.

Et maintenant la page de l’Évangile. Nous savons que, pendant sa vie sur terre, Jésus nous a appris surtout à être frères : « Ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n’avez qu’un seul maître pour vous enseigner, et vous êtes tous frères » (Mt 23,8). Nous savons encore que lorsque la foule, impressionnée par ses miracles, était sur le point de le faire roi, il s’enfuit : « Jésus, sachant qu’ils allaient venir s’emparer de lui pour le faire roi ; s’enfuit à nouveau dans la montagne, tout seul » (Jn 6,15). Et pourtant, lors de son arrestation, lorsqu’il est injustement condamné et sur le point d’être conduit à la mort, donc dans une situation d’humiliation profonde et ignominieuse, lorsque de son dialogue avec Pilate, Jésus accepte le titre de roi : « Alors, tu es roi ?  Jésus répondit : Tu le dis : je suis roi. Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix » (Jn 18,37).

Mais quelle est la “vérité” que le Christ est venu témoigner dans le monde ? Nous entrons maintenant dans le cœur de la Fête d’aujourd’hui, au cœur de la bonne nouvelle de l’Évangile. Il ne s’agit pas d’une vérité scientifique ou logique ou abstraite. La vérité dont Jésus parle est un fait incontestable, un événement éternel. C’est la vérité que Dieu est amour, que Dieu m’aime, que Dieu nous aime, que le Christ est mort pour moi : celle-ci est la vérité suprême que Jésus témoigne et proclame. Jésus est roi précisément parce qu’il a donné sa vie pour moi, pour toi. Jésus ne règne pas en dominant, en déployant un pouvoir d’en haut sur chaque personne : il règne en nous attirant – « et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes » (Jan 12,32) il avait dit, il règne en nous gagnant par son amour, par sa miséricorde, par son pardon. Ce n’est pas moi qui fais quelque chose pour Dieu, c’est Dieu qui fait tout pour moi. Sur la Croix, qui est le “trône” d’où il a manifesté sa royauté sublime, Jésus peut dire à chacun de nous : « Je t’ai aimé d’un amour infini ».

Et moi, qu’est-ce que je lui dis ? Quelle est ma réaction face à cette révélation que Christ est Roi parce qu’il a donné et donne constamment sa vie pour moi ? Je voudrais confier ma réponse, et si vous le permettez aussi la vôtre, à un texte écrit par un grand témoin de notre temps, Chiara Lubich, fondatrice du Mouvement des Focolari.

 

C’est la réponse qui vient d’une profonde gratitude, exprimée avec ces mots :

 

“Je t’aime

non parce que j’ai appris à te parler ainsi

non parce que le cœur me suggère ces mots,

non parce que je crois que tu es amour,

ni même parce que tu es mort pour moi.

 

Je t’aime

parce que tu es entré dans ma vie

plus que l’air dans mes poumons,

plus que le sang dans mes veines.

Tu es entré

où nul autre ne pouvait pénétrer,

quand personne ne pouvait m’aider,

quand personne ne savait me consoler.

 

Chaque jour, je t’ai parlé

chaque instant je t’ai regardé

et sur ton visage (de crucifié)

j’ai trouvé la réponse,

dans tes paroles

l’explication,

en ton amour

la solution…

 

Donne-moi

de t’être reconnaissante

– au moins un peu –

dans le temps qui me reste

pour cet amour

que tu as versé en moi,

et qui m’a amenée

à te dire :

je t’aime.

 

Que l’Esprit Saint, par l’intercession de la Vierge Marie, nous aide à être de plus en plus citoyens du Règne dont Jésus est le Seigneur, “règne de vie et de vérité, règne de grâce et de sainteté, règne de justice, d’amour et de paix “(Préface de la Messe de Notre-Seigneur Jésus-Christ, roi de l’Univers). Amen