français   •   english

Ordination Épiscopale Mgr Alain Faubert

Intervention du Nonce Apostolique, Mgr Luigi Bonazzi

Basilique Cathédrale Marie Reine du Monde, Montréal, le 15 juin 2016

 

Bien chers frères et sœurs,

Au terme de cette liturgie bien émouvante grâce à laquelle nous avons pu vivre et accompagner un fils de l’Eglise qui est à Montréal, Mgr. Alain Faubert dans l’ordination épiscopale ; je me permets de prendre la parole brièvement et cela en tant que représentant du Saint Père, le Pape François, qui vous salue tous et toutes très cordialement, et qui me charge de vous dire son estime, sa bénédiction et sa prière, et qui vous demande de prier pour lui.

Le sentiment qui m’habite ce soir est d’abord une profonde gratitude ; gratitude parce que l’ordination épiscopale nous fait rencontrer, et pour ainsi dire toucher de nos mains, la bonté, la sollicitude, l’amour paternel avec lesquels le Seigneur prend soin de son Peuple.

Il est vrai que le regard de la foi, de fait, nous conduit, en tant que chrétiens catholiques, à reconnaître et à aimer en chaque évêque une présence visible du Seigneur en Son Église. Jésus lui-même nous l’a dit : « Qui vous écoute m’écoute » (Lc 10,16). Le Concile œcuménique Vatican II enseigne également, en fidélité à la parole de Jésus, que les évêques dirigent les Églises particulières qui leur sont confiées « comme vicaires et légats du Christ » (LG 27).

Toi donc, cher Monseigneur Alain, tu deviens plus que jamais un signe tangible de la sollicitude de Jésus Christ, Bon Pasteur, pour son peuple. Te voici appelé à interpréter, à incarner cette sollicitude comme collaborateur particulier du Pasteur de l’archidiocèse de Montréal, S.E. Mgr. Christian Lépine, que je salue avec une estime profonde et fraternelle. Tu es désormais son évêque auxiliaire aux côtés de S.E. Mgr. Thomas Dowd, lui aussi évêque auxiliaire à Montréal, que je salue fraternellement.

In a homily he delivered during an episcopal ordination, Blessed Paul VI, of happy memory, asked those present: “Who are the friends of a Bishop?” And he himself replied: “The first category that makes up the friends of a Bishop is the Bishops themselves; these same Bishops to whom, through the apostles, the new commandment to love one another, has been given in a most outstanding fashion”  » (translated from: “Insegnamenti di Paolo VI, » Poliglotta vaticana, XII, 1974, p 623).

Dearest Archbishop Lépine, Bishop Dowd and Bishop Faubert: you are indeed called to teach, govern and sanctify the Church of Christ in Montreal stemming from that very communion, both affective and effective, which binds you to the episcopal ordination; a communion which is always cum Petro et sub Petro. As we know so well, Montreal is a metropolis, an international city and a crossroads of different cultures. Likewise, it is referred to as “Europe in America”. All of this gives to the Archdiocese of Montreal a unique Catholic beauty and richness. This same Archdiocese which has its roots in French terrain, which has always been accompanied by a nurturing Anglophone presence and enriched, in more recent years, by means of a colorful array of copious ethnic communities. These encompass a local Church which, by its very nature, requires it to be ever so structured: a makeup of different sectors, parishes, communities and rites though constituting one sole diocesan Church. The beauty of the Church in Montreal is, indubitably, its unity in diversity. We are all aware, conversely, that such a unity cannot be built without encountering obstacles, difficulties and problems.

Alors, permettez-moi de vous faire ici une confidence. Tout au long de mon ministère de prêtre et d’évêque, une conviction a muri en moi. La voici : dans la vie de l’Eglise la communion est faible non pas parce qu’il y a de graves problèmes, mais, au contraire : il y a de graves problèmes parce que la communion est faible. Je me suis aussi rendu compte – et de plus en plus – qu’il ne suffit pas simplement qu’il y ait ‘une communion’, mais qu’il faut que s’établisse ‘la communion qui convienne’ à l’époque que l’on vit, aux circonstances présentes, et à la tâche que l’on est appelé à accomplir.

Cette conviction, dans le contexte des grands défis pastoraux d’un archidiocèse cosmopolite comme celui de Montréal, me donne la certitude que les difficultés ne se résoudront pas à travers des discussions, mais en choisissant, avec un déterminisme inlassable, de parcourir le chemin à la fois laborieux et merveilleux – c’est-à-dire – de faire route ensemble.

Ton ordination épiscopale, cher Monseigneur Faubert, nous appelle tous à la gratitude envers le Seigneur, et en même temps, elle constitue un appel engageant à faire route ensemble, ce qui nécessite la confiance mutuelle, la patience, la douceur, la capacité de comprendre et d’attendre. Permettez-moi, alors, chers Pasteurs de Montréal, que je nous rappelle cette exhortation que le pape François réitère souvent lors des rencontres avec des évêques ; il s’agit de  « prendre soins de vos prêtres : les recevoir, les accueillir, les écouter, les guider » (Discours aux nouveaux évêques, 10.IX.2015 ; 18.IX.2014) ; c’est les mêmes sentiments que j’adresse à vous chers prêtres qui constituez le Presbyterium, le « cœur ministériel » de l’archidiocèse, et pareillement à vous chers diacres permanents – c’est un appel spécial à « faire route ensemble ». Ne cheminez pas seulement « à côté » de vos Pasteurs, et encore moins « détachés » d’eux. Je pense à cette affirmation de Saint Jean-Paul II : « L’unité des prêtres avec l’évêque et entre eux ne s’ajoute pas comme de l’extérieur à la nature distincte de leur service, mais elle en exprime l’essence, à savoir la mission du Christ prêtre à l’égard du peuple rassemblé dans l’unité de la Sainte Trinité » (PdV, n. 74). Déjà le Concile Vatican II enseignait que « la charité pastorale exige (donc) des prêtres, s’ils ne veulent pas courir pour rien, un travail vécu en communion permanente avec les évêques et leurs autres frères dans le sacerdoce » (PO, 14). Et nous ne voulons certainement pas « courir pour rien » !

And you moreover, dear Consecrated persons and all you baptized faithful, choose to journey together. The life and witness of the Church – who is constantly called to be salt of the earth and light of the world (cf. Mt 5: 13-14) – beat to the rhythm of communion; that communion which is established between the Bishop and his priests and deacons and which extends to religious communities, Christian families, movements and associations and indeed to the entire People of God.

Hence, my ardent wish is that the Archdiocese of Montreal may always strive to place charity above all other things (cf. Pt 4:8) together with unity so that “that they may all be one…so that the world may believe” (Jn 17:21).

Soyez certains que si vous mettez au centre de votre réflexion et de votre agir la pratique du commandement nouveau de Jésus – « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jn. 13,34-35), tout le reste « vous sera donné par surcroit » (cf. Mt 6,33), et, je vous l’assure, les bénédictions du Seigneur descendront sur vous.

Je vous garde tous dans ma prière, et je compte bien sur la vôtre. Et bonne route à toi, cher Monseigneur, cher Alain !