français   •   english

50e Anniversaire du Renouveau charismatique

50e Anniversaire du Renouveau charismatique

45e Anniversaire du Renouveau à Gatineau

Homélie du Nonce Apostolique, Mgr. Luigi Bonazzi

Gatineau, le 16 septembre 2017

 

Introduction. Nous voici arrivés au sommet de cette journée magnifique dans laquelle vous avez voulu faire mémoire et célébrer, en même temps, le 50e Anniversaire du Renouveau charismatique et le 45e Anniversaire du Renouveau à Gatineau : c’est le moment de l’Eucharistie.

Comme le Pape François a assisté à la célébration du cinquantième du Renouveau charismatique à Rome en occasion de la Pentecôte, aujourd’hui je suis ravi de vous apporter la présence, la salutation fraternelle et la bénédiction du Pape François. Lors de la rencontre à Rome, le Pape François a déclaré : “Nous sommes réunis ici, croyants provenant de 120 pays du monde, pour célébrer l’œuvre souveraine de l’Esprit Saint dans l’Eglise, qui débuta il y a cinquante ans ». Nous ne venons pas de 120 pays, mais quand même d’un bon nombre de pays, tous ici réunis dans la famille des fils de Dieu. Remercions le Seigneur !

Demandons au Seigneur, avec foi, de renouveler sur chacun de nous et sur la communauté des membres du Renouveau charismatique, avec abondance “l’œuvre souveraine de l’Esprit Saint”. Pour mériter et recevoir le ‘don du Saint-Esprit’, demandons humblement pardon pour nos péchés.

 

Homélie. Chers frères et sœurs dans le Christ : le Seigneur vient et participe au programme de votre fête avec le don de la Parole qui a été proclamée et ensuite – au moment de la sainte communion – par le don de Lui-même. Le Seigneur est certainement heureux d’entendre et de recevoir vos chants de louanges, mais Il ne reste pas un simple spectateur : il est toujours le ‘premier acteur’, le premier à nous aimer.

Il nous aime en nous faisant le cadeau de sa Parole. Comme vous le savez, la Parole de Dieu est adressée à l’assemblée dans son ensemble et à chaque personne qui la compose. En effet, le Seigneur parle en même temps au ‘pluriel’ et au ‘singulier’. Il s’adresse à tout le monde et, en même temps, Il regarde chacun. Nous devons donc laisser que le message du salut éclaire notre ‘aujourd’hui’, communautaire et personnel, dans les situations concrètes que nous traversons. Nous nous confions à l’action du Saint-Esprit, qui est toujours à l’œuvre pour allumer dans nos cœurs un ‘Oui’ croissant à Dieu qui est l’Amour (cfr. 1 Jn 4,16).

À quelle croissance de l’amour le Seigneur vous appelle-t-il ? Elle est bien exprimée dans la réponse qu’il donne à Pierre. Dans le texte de l’Evangile de Matthieu que nous avons écouté, Pierre avait demandé à Jésus : « Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? ». Jésus lui répondit : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à 70 fois sept fois ».

Chers amis du Renouveau charismatique : comme vous le savez, le premier don du Seigneur crucifié et ressuscité est le Saint-Esprit, et le premier fruit du Saint-Esprit est le pardon, c’est-à-dire la rémission des péchés. Voici comment l’Évangile de Jean le raconte : « Jésus Ressuscité, en apparaissant pour la première fois aux siens, dit :  ’Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis’ » (Jn 20, 22-23).

Voici comment le Pape François explique ces mots de Jésus : « Jésus ne condamne pas les siens, qui l’avaient abandonné et renié durant la passion, mais il leur donne l’Esprit du pardon. L’Esprit est le premier don du Ressuscité et il est donné avant tout pour pardonner les péchés. Voilà le commencement de l’Église, voilà la colle qui nous maintient ensemble, le ciment qui unit les briques de la maison : le pardon… Le pardon libère le cœur et permet de recommencer : le pardon donne l’espérance ; sans pardon l’Église ne s’édifie pas » (Homélie, Dimanche 4 juin 2017).

Notre expérience même nous le confirme : ce n’est que dans le pardon que s’accomplit le véritable renouveau du monde. En effet, rien ne peut s’améliorer dans le monde, si le mal n’est pas surmonté. Et le mal ne peut être surmonté qu’avec le pardon. Chose facile ? Non ! Et plutôt impossible à nos seules forces humaines. C’est pour cette raison Jésus « nous donne » son Esprit, qu’il met en nous son Esprit, et c’est son Esprit – et seulement son Esprit – qui nous rend capables de pardonner.

Pardonner : combien de fois ? « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à 70 fois sept fois », donc toujours ! Mais qu’est-ce que le pardon ? Attention : le pardon n’est pas faiblesse, c’est-à-dire ne pas tenir compte d’une faute pour la peur du plus fort qui l’a commise. Le pardon ne consiste pas à affirmer sans importance ce qui est grave, ou bien ce qui est mal. Le pardon n’est pas indifférence. Plutôt, le pardon est un acte de volonté et de lucidité, donc de liberté, qui consiste à accueillir le frère tel qu’il est, malgré le mal qu’il nous a fait, comme Dieu nous accueille, nous les pécheurs, malgré nos défauts. Le pardon consiste à ne pas répondre à l’offense avec l’offense, mais en faisant ce que Saint Paul nous exhorte à faire : «Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais sois vainqueur du mal par le bien.» (Rom 12, 21). Le pardon consiste à offrir à celui qui te fait un tort la possibilité d’une relation nouvelle avec toi, la possibilité, pour lui et pour toi, de recommencer la vie, d’avoir un avenir où le mal n’a pas le dernier mot. Chaque membre du Renouveau charismatique, précisément pour le don de l’Esprit qu’il a reçu, est appelé à être un ‘spécialiste du pardon’, du pardon donné et du pardon reçu.

Tweet du Pape François du 17 juin 2013 : “Sommes-nous en colère contre quelqu’un ? Prions pour cette personne. Ceci est l’amour chrétien”.

C’est pourquoi je vous recommande : prenez le plus grand soin à veiller à ce que entre vous et vers tout prochain circule la charité fraternelle, qui «supporte tout, fait confiance en tout, espère tout, endure tout » (1 Cor 13,7), en vous rappelant toujours – comme Saint Augustin nous apprend – que «dans l’amour de Dieu, aucune mesure est imposée, car dans ce cas, la mesure est d’aimer sans mesure. On ne doit pas se soucier d’aimer davantage, mais craindre seulement d’aimer moins » (Saint Augustin, Epistulae, 109).

Je vous le dis en tant que Représentant du Pape au Canada et avec une pleine conviction : le ‘charisme’ du Renouveau dans l’Esprit est un précieux trésor qui vous a été confié par le Seigneur non seulement pour donner la plénitude à votre existence, mais parce que – gardé et dilaté par vous dans la charité – il porte bénéfice à toute l’Église et à toute l’humanité. Grâce à vous, la beauté de l’Évangile brille aux yeux de nombreuses personnes, les poussant à la conversion et à la poursuite passionnée de la pleine conformation au Christ dans l’Église.

Je vous confie tous, et un par un, à la Vierge de la Pentecôte, Mère et Modèle des croyants. Qu’Elle vous apprenne à témoigner le pardon et la Miséricorde du Père, qui vous a choisis pour être un peuple saint et immaculé à sa présence dans la charité (voir Eph 1,4); qu’Elle vous accompagne tous les jours dans la rencontre joyeuse avec le Seigneur, crucifié et ressuscité, qui se révèle Vérité, Chemin et Vie (Jn 14, 6) à tous ceux qui l’accueillent; qu’Elle vous aide à ouvrir votre cœur à l’Esprit Saint qui est Esprit de communion, de solidarité et de service dans vos paroisses et dans votre diocèse, afin que vous soyez dans l’Église et dans le monde, un ‘Alléluia’ reconnaissant et joyeux à son Amour infini: maintenant et pour toujours. Amen !